LA SIESTE

À l’ombre, derrière les persiennes j’imagine une promenade à travers les oliviers au fond du jardin. Parée de bijoux de métal doré à l’or fin, je pense avec nostalgie à cette fin d’été qui approche et me séparera de cette Italie chérie. Tout le monde dort autour de moi et le silence est lourd de sens, je garde mes bijoux pour m’endormir sous la véranda… ou lire un roman de Duras, c’est si bon cette paresse en douce…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer

Se connecter

Fermer

Panier (0)

Cart is empty Aucun produit dans le panier.